boigraphie de l'ecrivaine

Aller en bas

boigraphie de l'ecrivaine

Message  l€maraudeur le Jeu 14 Juin - 12:48

J.K. Rowling écrit depuis l'âge de six ans. Elle a raconté comment elle était terrorisée par sa maîtresse d'école primaire, qui plaçait les enfants dans la classe en fonction de l'intelligence qu'elle leur prêtait, les plus brillants à gauche, les plus stupides à droite. « J'étais aussi loin à droite qu'on pouvait l'être sans être assis dans la cour de récréation », se souvient Rowling.
À l'école secondaire, « tranquille, myope, couverte de taches de rousseur et nulle en sport », elle raconte déjà à ses amies de longs récits nés de son imagination et sa matière préférée était l'anglais. À l'université d'Exeter, elle étudie le français pour faire plaisir à ses parents qui veulent faire d'elle une secrétaire bilingue. Elle le devient momentanément, mais passe son temps à taper ses propres récits ou à « gribouiller des bouts d'histoire dans la marge des cahiers de sténos » au lieu de prendre des notes des réunions.
C'est lors d'un voyage en train de Manchester à Londres qu'elle concocte dans sa tête l'histoire d'un jeune garçon qui découvre ses talents de magicien et part dans une école de sorciers. À 25 ans, elle perd sa mère et cette mort prématurée inspirera probablement les sentiments que nourrit son héros orphelin à l'égard de ses parents décédés.
Pour changer d'air, Joanne part au Portugal enseigner l'anglais. Tous les matins, avant d'aller travailler, elle rédige les aventures d'Harry Potter. Elle se marie en 1992 avec un Portugais et donne naissance à une petite fille, Jessica. Mais le mariage se solde par un divorce en 1995 et elle revient au Royaume-Uni s'installer à Edimbourg, où elle vit d'allocations.
« Lorsque Jessica s'endormait dans sa poussette, je me précipitais dans le café le plus proche et j'écrivais comme une folle », a raconté l'écrivain, qui à l'époque sautait parfois des repas pour nourrir sa fille. Le livre achevé, elle envoie les trois premiers chapitres à un agent, qui n'est pas intéressé. Un second agent accepte de la représenter, mais il lui faut un an pour trouver un éditeur, Bloomsbury, en août 1996. Le nom complet est Joanne Rowling, et pas « Joanne Kathleen Rowling ». À la publication de son premier tome, Bloomsbury craint que le groupe-cible de petits garçons rechigne à acheter des livres écrits par une femme. Il lui demande par conséquent d'utiliser deux initiales, plutôt que de réveler son prénom. N'ayant pas de deuxième prénom, elle choisit K en pensant à sa grand-mère Kathleen, comme seconde initiale de son pseudonyme. Kathleen n'a donc jamais fait partie de son nom légal. Elle se surnomme elle-même « Jo » et clame que personne ne l'appelait « Joanne » dans sa jeunesse, à moins de n'être très fâché. Contrairement à la rumeur, elle n'apprécie pas « Joannie ».
Les trois premiers tomes sont des best-sellers et elle se consacre à l'écriture. Au quatrième tome, Harry Potter devient un phénomène de société : à sa sortie, parents et enfants font la queue pour mettre la main dessus.
Traduits en 60 langues, les cinq premiers romans se sont vendus à 250 millions d'exemplaires. Les cinq premiers épisodes ont été adaptés au cinéma. Les produits dérivés remplissent les rayons des magasins de jouets. Le Sunday Telegraph lui prête l'an dernier une fortune estimée à 435 millions de livres (650 millions d'euros ou 1 milliard de dollars américains), supérieure à celle de la reine Elisabeth II, elle se trouve actuellement en 3ème place des plus grandes fortunes féminines d'Angleterre.
avatar
l€maraudeur
Zeus
Zeus

Masculin
Nombre de messages : 278
Age : 24
Localisation : bah entre la vie et la mort
Date d'inscription : 11/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum