traduction du chapitre 2 presque en entier

Aller en bas

traduction du chapitre 2 presque en entier

Message  l€maraudeur le Mar 28 Aoû - 17:57

je resume le debut du chapitre seul parti que je n'ai pas traduite ( à part la fin )

Spoiler:
harry range ses affaire en deux pile ceux qui ne va plus lui servire et ceux dont il aura encore besoin

la il retrouve le mirroir de sirius le sturoscope ....... etc

puis il se souvient d'une interwieew sur DD dumbledore






SOUVENIRS D’ALBUS DUMBLEDORE par Elphias Doge
J’ai rencontré Albus Dumbledore à l’âge de onze ans, pendant notre premier jour à Poudlard. Notre attirance mutuelle était probablement due au fait que tous les deux nous sentions marginaux. J’avais contracté la vérole/ varicelle du dragon peu de temps avant d’arriver à l’école, et bien que je ne sois plus contagieux, mon visage grêlé et mon teint verdâtre n’encourageaient guère à m’approcher. Pour sa part, Albus était arrivé à Poudlard portant le fardeau d’une notoriété peu enviable. A peine un an auparavant, son père, Percival, avait été condamné pour une attaque féroce et retentissante à l’encontre de trois Moldus.
Albus ne tenta jamais de nier que son père (qui allait mourir à Azkaban) avait commis ce crime ; au contraire quand je m’armai de courage pour le lui demander, il m’assura qu’il savait son père coupable. Au-delà de cela, Dumbledore refusa de parler de tout ce qui concernait ses sentiments malgré tous ceux qui tentèrent de l’y conduire. Certains, en effet, étaient disposés à louer l’action de son père et présumaient qu’Albus, également, était un Molduphobe. Ils n’auraient pas pu se tromper davantage : comme quiconque ayant connu Albus pourrait l’attester, il n’a jamais laissé voir la moindre tendance anti-Moldu. En effet, sa détermination à défendre les droits des Moldus lui valut de nombreux ennemis les années suivantes.
Durant ces mois critiques, cependant, la propre renommée d’Albus commença à éclipser celle de son père. A la fin de sa première année, il n’était plus guère connu comme le fils d’un Molduphobe, mais ni plus ni moins comme le plus brillant élève jamais vu à l’école. Ceux d’entre nous qui avaient le privilège d’être ses amis gagnions à suivre son exemple, sans parler de son aide et de ses encouragements, ce dont il était toujours généreux. Il m’avoua des années plus tard qu’il savait déjà à cette époque que son plus grand plaisir résidait dans l’enseignement.
Non seulement il gagna tous les prix prestigieux que l’école offrait, mais il tenait déjà correspondance avec les noms du monde magique les plus remarquables de l’époque, dont Nicolas Flamel, le célèbre alchimiste, Bathilda Tourdesac, l’éminente historienne, et Adalbert Waffling, le théoricien en magie. Plusieurs de ses papiers trouvèrent leur place dans des publications savantes telles que La Métamorphose Aujourd’hui, Les Défis de l’Ensorcellement et Le Précis du Maître des Potions. La future carrière de Dumbledore promettait d’être fulgurante, et la seule question qui restait était de savoir quand il deviendrait Ministre de la Magie. Bien qu’il fut prédit souvent qu’il était sur le point d’accéder au poste, il n’eut, cependant, jamais d’ambitions ministérielles.
Trois ans après nos débuts à Poudlard, le frère d’Albus, Aberforth, arriva à l’école. Ils ne se ressemblaient pas. Aberforth n’était jamais studieux et, à la différence d’Albus, il préférait régler les disputes par le duel plutôt que par des discussions argumentées. Toutefois, il est tout à fait faux d’insinuer, comme certains l’ont fait, que les deux frères n’étaient pas amis. Ils se sont côtoyés aussi sereinement qu’il était possible à deux garçons si différents. Pour rendre justice à Aberforth, il faut reconnaître que vivre dans l’ombre d’Albus ne pouvait pas être une expérience tout à fait sereine. Vivre continuellement éclipsé était un risque du métier d’ami mais ne pouvait pas être très agréable pour un frère.
Quand Albus et moi quittâmes Poudlard, nous avions l’intention de faire ensemble le traditionnel tour du monde de l’époque, visiter et observer des sorciers étrangers avant de poursuivre séparément nos carrières. Cependant, la tragédie survint. Juste à la veille de notre départ, la mère d’Albus, Kendra, mourut laissant Albus seul à la tête de la famille dont il avait désormais la charge.
Je remis mon départ le temps nécessaire pour témoigner de mon respect à l’enterrement de Kendra, puis je partis pour ce qui était désormais un voyage solitaire. Avec de jeunes frère et sœur laissés à ses soins et peu d’argent à leur disposition, il ne pouvait être question plus longtemps qu’Albus m’accompagne.
Ce fut la période de notre vie où nous avons eu le moins de contacts. J’écrivis à Albus, je décrivais, peut-être avec détachement, les merveilles de mon voyage des Chimères auxquelles j’avais échappé de justesse en Grèce aux expériences des alchimistes égyptiens. Ses lettres me parlaient un peu de sa vie quotidienne que je devinais ennuyeuse et frustrante pour un si brillant sorcier. Plongé dans mes propres expériences, ce fut avec horreur que j’entendis, vers la fin de mon année de voyage, qu’une autre tragédie avait encore frappé les Dumbledore : la mort de sa sœur, Ariana.
Bien qu’Ariana était de santé fragile depuis longtemps, le coup, survenant si près de la perte de leur mère, eut un profond effet sur ses deux frères. Tous les proches d’Albus – et je me compte au nombre de ces chanceux – s’accordent à dire que la mort d’Ariana et le sentiment d’Albus d’en être personnellement responsable (bien que, bien sûr, il fut innocent) laissèrent sur lui leurs marques pour toujours.
Je rentrais à la maison pour trouver un jeune homme qui avait traversé les souffrances d’une personne bien plus âgée. Albus était plus réservé qu’auparavant et avait le cœur bien moins léger. Pour ajouter encore à son malheur, la perte d’Ariana avait provoqué, non pas un regain d’intimité entre Albus et Aberforth, mais un éloignement. (En temps venu, cela s’apaisera – quelques années plus tard, ils renouèrent une relation, peut-être pas très proche, mais certainement cordiale). Cependant, il parla rarement de ses parents ou d’Ariana dès lors, et ses amis apprirent à ne pas les mentionner.
D’autres plumes décriront le triomphe des années suivantes. Les innombrables contributions à la somme du savoir sorcier, dont ses découvertes des douze usages du sang de dragon, profiteront aux générations à venir ainsi que la sagesse dont il fit preuve dans les nombreux jugements qu’il fit en tant que Président Sorcier du Magenmagot. On dit encore qu’aucun duel de sorcier n’a surpassé celui entre Dumbledore et Grindelwald en 1945. Ceux qui y ont assisté ont écrit la terreur et la stupéfaction qu’ils ont éprouvé pendant qu’ils regardaient combattre ces deux sorciers extraordinaires. Le triomphe de Dumbledore, et ses conséquences sur le monde de la magie, sont considérés comme un tournant de l’histoire de la magie au même titre que l’introduction du Code International du Secret Magique ou que la chute de Vous-Savez-Qui.
Albus Dumbledore n’a jamais été fier ou vaniteux. Il pouvait trouver quelque chose de valeur chez chacun, quelque soit son apparence insignifiante ou misérable. Et je crois que ces pertes précoces l’ont doté d’une grande humanité et d’une grande compassion. Son amitié me manque plus que je ne saurais le dire, mais mon deuil n’est rien comparé à celui du monde de la magie. Qu’il ait été le plus inspiré et le plus aimé des directeurs de Poudlard ne peut pas être remis en cause. Il est mort comme il a vécu : travaillant toujours pour le plus grand bien et, jusqu’à sa dernière heure, en voulant tendre la main à un petit garçon atteint de la varicelle du dragon comme il le fit le jour où je l’ai rencontré


Dernière édition par le Mar 28 Aoû - 18:02, édité 4 fois
avatar
l€maraudeur
Zeus
Zeus

Masculin
Nombre de messages : 278
Age : 24
Localisation : bah entre la vie et la mort
Date d'inscription : 11/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: traduction du chapitre 2 presque en entier

Message  l€maraudeur le Mar 28 Aoû - 17:58


Spoiler:
En travers de la deuxième moitié de la première page, il y avait une petite manchette au-dessus d’une photo de Dumbledore avançant à grand pas comme poursuivi : DUMBLEDORE – LA VÉRITÉ ENFIN ?

Parue la semaine dernière, l’histoire scandaleuse du génie imparfait considéré par beaucoup comme le plus grand sorcier de sa génération.
Balayant l’image populaire du sage serein à la barbe argentée, Rita Skeeter révèle l’enfance perturbée, la jeunesse déréglée, les querelles tout au long de sa vie et les secrets coupables que Dumbledore a emportés dans sa tombe. POURQUOI l’homme destiné à être Ministre de la Magie se contente-t-il de rester un simple directeur ? QUEL est le véritable objectif de l’organisation secrète connue sous le nom de l’Ordre du Phénix ? COMMENT Dumbledore a-t-il vraiment connu la mort ?
Les réponses à ces questions et à bien d’autres sont explorées dans la nouvelle biographie explosive La vie et les Mensonges d’Albus Dumbledore, de Rita Skeeter, dont vous trouverez l’interview exclusive par Betty Braithwaite, page 13, à l’intérieur.

Harry déchira le journal en l’ouvrant et trouva la page treize. L’article était précédé d’une image montrant un autre visage familier : une femme portant des lunettes ornementées, une coiffure blonde aux boucles sophistiquées, les dents découvertes par ce qui se voulait clairement être un sourire vainqueur, agitait ses doigts sous le nez du lecteur. Faisant de son mieux pour ignorer cette image écoeurante, Harry commença à lire.

En chair et en os, Rita Skeeter est plus chaleureuse et douce que ses fameux portraits à la plume acérée ne le laissent penser. Elle m’a accueillie dans l’entrée de sa maison douillette, et m’a menée directement à la cuisine prendre une tasse de thé, une tranche de gâteau [consistant] et, il va sans dire, et [une cuve] fumante des cancans les plus récents.
« Bon, bien sûr, Dumbledore est le rêve d’un biographe, dit Skeeter. Une vie si longue et si remplie. Je suis sûre que mon livre sera le premier d’une très longue liste.
Skeeter a évidemment démarré au quart de tour. Son livre de neuf cents pages était achevé quatre semaines tout juste après la mort mystérieuse de Dumbledore en juin. Je lui demande comment elle s’est débrouillée pour réussir se tour de force.
« Oh, quand on est journaliste depuis aussi longtemps que moi, travailler [sur les chapeaux de roues] est une seconde nature. Je savais que le monde de la magie réclamait à grands cris l’histoire complète et je voulais être la première à satisfaire cette attente ».
Je mentionne les remarques récentes, largement répandues, d’Elphias Doge, Conseiller spécial du Magenmagot et ami de longue date d’Albus Dumbledore, d’après qui le livre de Skeeter contient moins de faits qu’une carte de Chocogrenouille.
Skeeter renversa sa tête en arrière de rire. (rit à gorge déployée).
Ce cher Doggy ! Je me souviens de l’avoir interviewé il y a quelques années à propos du droit des êtres de l’eau, le cher homme. Complètement gaga, il semblait croire que nous étions assis au fond du lac Windermere, et ne cessait de me dire de faire attention aux truites ».[peut-être un jeu de mot sur « trout »]
Et pourtant les accusations d’inexactitude de Elphias Doge ont eu des échos dans pas mal d’endroits. Rita Skeeter pense-t-elle vraiment que quatre petites semaines suffisent pour obtenir un portrait complet de la longue et extraordinaire vie de Dumbledore ?
« Oh, ma chère, susurra Skeeter rayonnante, sur le ton d’une sorte de rebuffade affectueuse, vous savez aussi bien que moi combien d’informations on peut obtenir avec un gros paquet de Gallions, un refus net d’entendre le mot « non » et une jolie Plume à Papottes bien taillée ! Les gens font la queue pour répandre des saletés sur Dumbledore, de toute façon. Tout le monde ne pense pas qu’il était si merveilleux, vous savez – il a marché sur un nombre incroyable de pieds influents. Mais le vieux Dodgy Doge peut bien monter sur ses grands Hippogriffes, car j’ai accès à une source contre laquelle la plupart des journalistes échangeraient même leurs baguettes, une source qui n’a jamais parlé en public auparavant et qui était très proche de Dumbledore pendant la période la plus turbulente et perturbée de sa jeunesse.
La promotion en avant-première de la biographie de Skeeter’s a bien sûr suggéré qu’il y aurait des surprises en réserve pour ceux qui croient que Dumbledore a mené une vie irréprochable. Quelles sont les surprises les plus importantes qu’elle a dénichées, je le lui demande.
« Maintenant, n’insistez pas, Betty, je ne vais pas révéler toutes les clés avant que quiconque n’ait acheté le livre ! s’exclame Skeeter en riant. Mais je peux promettre à quiconque pense encore que Dumbledore est blanc comme sa barbe qu’il risque un réveil brutal ! Disons juste que personne l’ayant entendu rager contre Vous-Savez-Qui ne pouvait imaginer qu’il s’était lui-même mêlé de Magie Noire dans sa jeunesse ! Et pour un sorcier qui a passé les dernières années de sa vie à plaider pour la tolérance, il n’était pas exactement large d’esprit quand il était plus jeune ! Oui, Albus Dumbledore a un passé extrêmement trouble, sans parler de sa famille très louche, ce qu’il s’est évertué à cacher. »
Je demande si Skeeter fait allusion au frère de Dumbledore, Aberforth, qui a été condamné par le Magenmagot pour un mauvais usage de la magie à l’origine d’un scandale mineur, quinze ans plus tôt.
« Oh, Aberforth est seulement le sommet du tas de fumier, déclare Skeeter en riant. Non, non, je parle de quelque chose de bien pire qu’une insignifiante affaire de tripotage de chèvres, pire même qu’estropier des moldus comme l’a fait le père – Dumbledore ne pouvait couvrir aucun d’eux, de toute façon, ils étaient poursuivis tous les deux par le Magenmagot. Non, ce sont sa mère et sa sœur qui m’ont intriguée, et en creusant un peu, j’ai découvert indéniablement un nid de méchanceté – mais, comme je l’ai dit, vous devrez attendre les chapitres de neuf à douze pour avoir plus de détails. Tout ce que je peux dire maintenant, c’est qu’il n’est pas étonnant que Dumbledore n’ait jamais raconté comment il avait eu le nez cassé. »
En dehors du linge sale familial, Skeeter rejette-t-elle la grande intelligence qui a conduit aux grandes découvertes magiques de Dumbledore ?
« Il était intelligent, concède-t-elle, bien que beaucoup aujourd’hui se demandent s’il a le droit de s’attribuer tout le mérite de l’ensemble de ses prétendues réalisations. Comme je le révèle dans le chapitre seize, Ivor Dillonsby affirme qu’il avait déjà découvert huit usages du sang de dragon quand Dumbledore lui a « emprunté » ses notes ».
Mais l’importance de certaines des réalisations de Dumbledore ne peut être déniée, hasardai-je. Qu’en est-il de son fameux triomphe sur Grindelwald ?
« Oh, maintenant, je suis heureuse que vous mentionniez Grindelwald, dit Skeeter avec un sourire engageant. J’ai bien peur que ceux qui croient ingénument à la victoire spectaculaire de Dumbledore ne doivent se préparer à une bombe – ou peut-être à une bombe puante. Une très sale affaire, en effet. Tout ce que je dirai est : ne soyez pas si sûre que ce spectaculaire duel de légende ait eu lieu. Quand ils auront lu mon livre, ils seront peut-être obligé de conclure que Grindelwald a simplement fait apparaître un mouchoir blanc au bout de sa baguette et qu’il est venu tranquillement ! »
Skeeter refuse d’en révéler davantage sur cet intriguant sujet , aussi, au lieu de cela, nous abordons la relation qui, indubitablement, fascinera nos lecteurs plus qu’aucune autre.
« Oh, oui, dit Skeeter, hochant la tête vivement, j’ai consacré un chapitre entier à toute la relation Potter-Dumbledore. On l’a qualifiée de malsaine, même de sinistre. Là encore, vos lecteurs devront acheter le livre pour avoir l’histoire entière, but il ne fait pas de doute que Dumbledore portait un intérêt anormal à Potter dès le départ. Si c’était au mieux des intérêts du garçon… nous le verrons bien. C’est sûrement un secret de Polichinelle que Potter ait eu une adolescence des plus troublées. »
Je demande à Skeeter si elle est toujours en contact avec Harry Potter dont l’interview qu’elle avait fait l’an dernier est si célèbre : un article inédit dans lequel Potter parlait exclusivement de sa conviction que Vous-Savez-Qui était revenu.
« Oh, oui, nous développons une relation personnelle, dit Skeeter. Le pauvre Potter a peu d’amis sincères, et nous nous sommes rencontrés à l’un des plus éprouvants moments de sa vie : le Tournoi des Trois Sorciers. Je suis probablement une des seules personnes vivantes qui puissent dire qu’elles connaissent le vrai Harry Potter. »
Ce qui nous mène habilement aux nombreuses rumeurs qui circulent toujours sur les dernières heures de Dumbledore. Skeeter croit-elle que Potter était présent quand Dumbledore est mort ?
« Bien, je ne veux pas en dire trop – tout est dans mon livre – mais des témoins visuels à l’intérieur de Poudlard ont vu Potter quitter la scène en courant quelques moments après que Dumbledore est tombé, attaqué ou poussé. Plus tard, Potter a témoigné contre Severus Rogue, un homme à qui il garde une rancune notoire. Tout est-il comme il paraît ? C’est à la communauté des sorciers de décider – une fois qu’ils auront lu mon livre. »
Sur cette note intriguante, j’ai pris congé. Il ne fait aucun doute que Skeeter a écrit un bestseller en puissance. Les légions d’admirateurs de Dumbledore, entre-temps, vont probablement se tourmenter à l’idée de ce qui va bientôt faire surface au sujet de leur héros.


la fin n'y est pas

je vous la resume

harry regarde un des morceux de miroir de sirius est croit voir DD

voila
avatar
l€maraudeur
Zeus
Zeus

Masculin
Nombre de messages : 278
Age : 24
Localisation : bah entre la vie et la mort
Date d'inscription : 11/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: traduction du chapitre 2 presque en entier

Message  BossM le Dim 2 Sep - 14:24

tu auras de meilleures notes en anglais cette année
avatar
BossM
Poséidon
Poséidon

Masculin
Nombre de messages : 130
Age : 24
Localisation : 59
Loisirs : lecture, football
Date d'inscription : 14/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: traduction du chapitre 2 presque en entier

Message  l€maraudeur le Dim 2 Sep - 19:53

je sis je sais


chap 11

maintenant

lol

et 4 morts
avatar
l€maraudeur
Zeus
Zeus

Masculin
Nombre de messages : 278
Age : 24
Localisation : bah entre la vie et la mort
Date d'inscription : 11/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: traduction du chapitre 2 presque en entier

Message  sirius black le Mar 4 Sep - 19:10

ce sont qui les morts ??? stp ....
avatar
sirius black
perse
perse

Masculin
Nombre de messages : 161
Localisation : j en c rien
Loisirs : lecture, karate, aero-modelisme, ...
Date d'inscription : 11/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: traduction du chapitre 2 presque en entier

Message  l€maraudeur le Mar 4 Sep - 20:49

franchement je te le dit si tu repond au question qui sint sur l'entete

++
avatar
l€maraudeur
Zeus
Zeus

Masculin
Nombre de messages : 278
Age : 24
Localisation : bah entre la vie et la mort
Date d'inscription : 11/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: traduction du chapitre 2 presque en entier

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum